Le Koweït confirme le premier cas de choléra du pays

Un
Un enfant traité contre le choléra dans un hôpital syrien – Anas Alkharboutli/dpa

Le ministère de la Santé du Koweït a confirmé le premier cas de choléra dans le pays, selon un communiqué publié par l’agence de presse officielle KUNA.

Le ministère identifie le cas d’un citoyen «qui revenait d’un pays voisin», sans donner plus de détails, et qui souffrait de «symptômes de la maladie».

Les autorités sanitaires ont exclu la possibilité d’une épidémie de choléra dans le pays, comme celles qui se sont produites au Liban et en Syrie ou en Irak, ce dernier pays étant limitrophe du Koweït.

Toutefois, ils appellent «à prendre des précautions et des précautions pour les citoyens et les résidents, et à veiller à éviter les sources d’eau et de nourriture dangereuses».

Les autorités syriennes ont confirmé à ce jour 1 492 cas de choléra, dont 49 décès, selon le dernier bilan publié par le ministère syrien de la santé sur Facebook.

Toutefois, on craint que ce nombre soit beaucoup plus élevé, en raison de la propagation rapide de la maladie et du fait que plusieurs régions du pays échappent au contrôle des autorités.

En effet, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) indique dans son dernier rapport de situation, daté du 14 novembre, qu’à ce jour 35 569 cas suspects de choléra ont été signalés, avec 1 491 cas confirmés et 92 décès.

Le ministère libanais de la Santé, quant à lui, a confirmé samedi cinq nouveaux cas de choléra dans le pays, portant le total à 600 personnes touchées et 20 morts depuis que le premier cas a été signalé dans le nord du pays le 5 octobre.

Vendredi, 15 549 personnes ont été vaccinées, ce qui porte le nombre total de personnes vaccinées à 391 666 depuis le lancement d’une campagne d’inoculation de trois semaines le 12 novembre, selon les données rapportées par «L’Orient le Jour».